Permettez-moi de vous raconter un peu ma journée du 2 août dernier.

D’abord, je me lève, j’ai dormi dans un genre de camping de yourtes qui fait aussi centre de plongée sur le bord du lac. Pour la première fois, je mange quelque chose de nouveau pour déjeuner, un croque monsieur avec du tapioca, un oeuf à la coque et du café instant ! Je prends la route confiante!

Sur mon chemin, contrairement à la veille, où les enfants des tous les villages traversés me disent fièrement HI!, ce jour là, c’est le contraire. Deux fois on me lance des roches, et en fin de journée, des enfants me suivent sur environ 2 km en riant de moi, je suppose. Par contre, les paysages sont parmi les les plus beaux que j’au vu depuis le début du voyage. Le soir arrivé, je me décide à faire du camping plus sauvage qu’à l’habitude. Je suis à l’extérieur d’un village et j’aperçois une maison assez éloignée de la route. Je me dis que je vais mettre ma tente entre la route et la maison. Par contre, je vais tout de même demander aux propriétaires si c’est correct. J’arrive timidement près d’eux, ils sont 5-6, prenant l’apéro. Je sors mes quelques mots de russe pour savoir si je peux planter ma tente près de la route. L’homme le pus vieux me répond « pas de problème « … C’est tout ?, me dis-je. Étrangement, c’est la première fois que la discussion s’arrête là et que l’on ne me demande même pas d’où je viens, ou si je souhaite boire un thé. Pas grave, je suis si épuisé et je n’ai pas tant envie de « socialiser ». J’installe la tente, les enfants viennent m’offrir un bouquet de fleurs sauvages, je mange et je me couche. Presque dans les bras de Morphée, vers 21h45, on vient me réveiller, ce sont les voisins. Viens manger, viens prendre le thé…Ok, je les suis dans la maison, un peu étonné qu’ils se soient décidés à venir me voir à cette heure. J’ai même eu la chance de goûter un de leur plat national, le Plov (riz, oignons, carottes, GROS MORCEAUX DE GRAS DE MOUTON). Après le repas, la voisine me propose (m’oblige plutôt) d’aller dormir chez elle. Ok, mais d’après elle, il faut ABSOLUMENT que je défasse ma tente ce soir. Ça pourrait être dangereux de la laisser là… Ouf! Remets tout vite fait dans les sacs et direction l’autre maison.

La soirée n’est pas finie, on re-soupe : pain, thé, légumes et yogourt maison j(‘en prends, avec beaucoup de sucre, ça passe mieux), mais c’est pas tant le goût que comment mon estomac réagira à cette nouveautés (je serai assez malade quelques jours plus tard). Après plusieurs fous rires, je me permets de me lever de table et d’aller me coucher, cette surprenante journée m’a épuisée!

Publicités