J’ai eu un accident de vélo. Rassurez-vous, c’est surtout lui qui a souffert. Ou plutôt elle, car maintenant mon vélo a un nom : THE PINK SURVIVOR!

J’étais pas mal au milieu de nulle part, sur une belle route asphaltée sans obstacle majeur, sans voiture, à rouler à environ 17km/h. Pour faire bref, mon support à bagage avant s’est soudainement pris dans ma roue et cela a fait faire à Pink Survivor et moi un gros flip par en avant. Tout cela en moins d’une seconde.

ps2

Je me suis retrouvé bien à plat sur la belle route.  Je peux me lever, je n’ai rien de cassé, je saigne à peine. Mes deux collègues cyclistes accourent vers moi, soulagés.  Ils regardent le vélo. À première vue, tout est OK, mais vite ils se rendent bien compte que la fourche a pris tout le poids du « front flip ».  La pièce est presque pliée en deux. C’est clair, je ne peux plus pédaler, la roue touche le cadre ! Quand je réalise cela, je commence à pleurer…

Louis-Philipe, un des deux cyclistes  qui m’accompagne (qui parle une Russe exemplaire) a accosté une voiture. Nous sommes à la recherche d’un soudeur ou quelque chose du genre. Fiou, il y a un village pas très loin.  En moins d’une heure trente la fourche était demenchée, redressée puis replacée comme avant. Presque tous les hommes du petit village ont mis la main à la pâte  et les  enfants curieux les regardaient faire. Au final, cette réparation m’aura coûté 5 $ et plus de peur que de mal.  Et à bien y penser, ce fut une expérience culturelle très intéressante de voir qu’autant de gens ont voulu aider le Pink Survivor… à survivre!

Ce jour-là, tout le monde m’a dit la même chose.. Not made in China hein, parce ce que l’on aurait jamais pu réparer le made in China… Et bien non, mon Rocky Mountain  est en acier and proudly made in Canada !

Dernier conseil vélo. Lors de longs voyages, investissez dans de bons supports à bagages !

Publicités