Difficile à dire pour le pays, mais pour Tashkent, la capitale, j’y suis depuis 2 jours et quel bonheur c’est de retrouver les petits plaisirs perdus au Kazakhstan. Je parle ici du pain frais et de la crème glacée à 25 cents !!! Voici un bref survol des faits marquants des derniers jours..

— À Shimkent, la dernière ville où je me suis arrêté au Kazakhstan, j’ai logé chez Eugenette une super Québécoise! Et bien, croyez-le ou non, elle m’a donné un cellulaire. Alors oui, les temps changent, je m’adapte à notre époque! Faut dire qu’ici ne pas avoir de téléphone portable est presque un scandale! Pour moi, il sera plus facile de rejoindre les gens de la place et me démerder en cas d’urgence! Aujourd’hui je suis donc allée chercher mon numéro de téléphone au magasin. J’étais comme une gamine avec son nouveau jouet, toute la journée à pitonner sur mon cell! Déjà une pro des textos, qui l’eut cru! Malheureusement, ce téléphone ne fonctionnera pas au Canada, alors rassurez-vous, je redeviendrai très vite, plus « in  » du tout !

— La plupart des touristes à vélo rencontrés depuis le début de mon voyage m’ont mis en garde quant à la douane ouzbek. J’ai entendu des histoires d’horreur du genre  » Ils fouillent tous les bagages, te demandent la valeur de tout ce qui semble cher, passent en revue les photos de tes cartes-mémoires, ouvrent disques durs et ordinateurs et peuvent même confisquer médicaments, cigarettes et alcool.  » J’avais très peur, vous comprendrez. J’ai donc fait un grand ménage dans mon ordi, caché mon disque dur externe avec mes sous-vêtements et adopté mon plus beau sourire lorsque vint le temps d’affronter les méchants douaniers. Finalement, ça n’a pas pris 2 heures que j’étais sortie du Kazakhstan, et entrée en Ouzbékistan. Ils ont tous été très gentils et n’ont pas même regardé dans mes sacs. Le seul problème que j’ai eu, c’est qu’un des douanier voulait se marier avec moi!

-Vous savez que je suis championne dans le fait de perdre ou d’oublier des choses importantes. Et bien, sachez que j’ai oublié mes 2 bibles à Almaty. Mes bibles sont, mon guide de voyage et mon journal de bord. Toutes les informations essentielles à ma survie en Asie centrale sont la-dedans… Quand j’ai réalisé cela, j’ai passé proche faire une crise de coeur. Arrivée à Tashkent, j’ai donc dû me débrouiller sans la carte de la ville qui se trouvait dans mon guide. Évidemment, j’ai mis 3 heures à trouver l’auberge où je prévoyais dormir. Arrivée là-bas, épuisée, le propriétaire m’annonce que c’est complet, mais il est gentil, m’envoie juste à côté, dans un hôtel à 30 $ la nuit, sans eau chaude. Ça fait cher. À ce même hôtel, je me fais voler mon casque de vélo (???). Le lendemain j’ai changé de place! Mais pour mes bibles, rassurez-vous je vais les récupérer cette semaine, la maman d’Émile, chez qui je les aies oubliés est à Tashkent pour quelques jours! Fiou!

-L’argent en Ouzbékistan c’est quelque chose! La coupure la plus haute c’est 1000 SOMS, ça équivaut à 0,35 $. Imaginez, je vais faire changer 100 $, je reçois 270 000 soms, c’est à dire, 270 billets. Mais, quelle agréable sensation celle du portefeuille qui ne ferme plus tellement il est rempli d’argent !

-Sans vouloir porter de jugement, je trouve que les hommes sont très beaux ici !!! Les gens en général ont cet air exotique, un peut plus basané, avec parfois les yeux bleus ! Mais ne vous inquiétez pas, j’ai toujours mon mari fictif, sauf que maintenant, il est ingénieur et travaille à Almaty, c’est beaucoup plus sérieux !

-Le grand marché de Tashkent est superbe et immense! J’adore ces endroits si photogéniques que je pourrais y passer des journées entières. Les allées complètes de biscuits, de gâteaux, de fruits frais! Oui, je vais encore prendre du poids!

Voilà pour aujourd’hui. Demain je repars sur ma bécane en direction de, probablement, la dernière montagne que j’aurai l’occasion de voir d ici la fin du mois!

Publicités