En juin 2013, je me payais pour la première fois, des vacances à Cuba! Vu mon budget et mes disponibilités limités, ainsi que mon désir d’aller dans un pays chaud, Cuba  s’est avéré être un excellent choix pour le périple.

Je dis périple, car oubliez le forfait tout inclus et le bar à volonté, je rêvais surtout de sortir des sentiers plus touristiques et de traverser l’île sur mon vélo! Le plan était donc d’en profiter au maximum durant 5 semaines, avec au menu, outre quelques mojitos, plein de découvertes, d’activités physiques et de soleil!

Cuba_2013-5

Évidemment, le fait de voyager à vélo modifie l’itinéraire souhaité. Je voulais en voir le plus possible, mais c’était impossible de réellement faire le tour de l’île. J’ai donc pris des bus à quelques reprises, surtout lorsque je me sentais malade ! Cependant si vous voyagez en transport en commun ou en voiture de location (très accessible ici), 2 à 3 semaines peuvent suffire pour bien découvrir Cuba. Personnellement, j’ai eu un coup de coeur pour l’extrémité sud/est du pays (de Pîlon à Barakoa), où la côte est superbe, entourée de montagnes, de verdure et de plages désertes. C’est aussi une région peu touristique et assez sauvage. Sinon, le Pinar del Rio et La Havane sont des endroits à voir!

D’un côté pratico-pratique, voyager à Cuba, hors du circuit touristique classique est très facile. Que ce soit pour les déplacements, le logement ou les activités, il y aura toujours quelqu’un pour prêt à vous aider, que vous parliez espagnol ou non. Mais attention, malheureusement, dans bien des cas, certaines personnes, appelés « jineteros » espèrent faire un peu de sous avec les touristes en vous apportant dans tel ou tel restaurant ou hôtel, pour obtenir une commission du propriétaire une fois à destination. Si vous savez où vous aller, il est toujours préférable de refuser les propositions des personnes qui veulent vous accompagner. Mais malgré cela, et le fait que les Cubains adorent siffler et mater les jeunes touristes comme moi, j’ai senti un grand sentiment de sécurité dans le pays. Autant sur le vélo, le soir dans les villes ou simplement quand j’étais sans mon copain, jamais je ne me suis sentie menacée. Pour une femme qui voyage seule ou non, c’est important de se sentir confortable et en confiance dans un pays étranger

Cuba_2013-2

Autre avantage, il est très facile de trouver des endroits abordables et confortables où dormir. Un réseau de « Casa Particulares» est établi et il y en a dans toutes les villes. C’est un peu comme des bed & breakfast mais généralement un peu plus rustique. Mon expérience dans ces maisons à toujours été agréable et les hôtes, chaleureux, ouverts et serviables. Une chambre, avec salle de bain privé coûte en moyenne, 15 à 25 $, sans petit déjeuner, qui lui est offert entre 3 et 5 $ par personne. Ce qui est assez cher comparé aux petits restaurants et aux kiosques dans la rue, où une pizza coûte 0,20 $, un ananas 0,15 $ et un café 0,05 $. Cependant, vous constaterez vite que si vous désirez un peu de variété dans vos repas, et que votre budget le permet, cela peut devenir un bon investissement que de manger là où vous loger.

Cuba_2013-6

Cuba aura donc été une excellente destination! Et ce, malgré les 2000 kilomètres de vélo à une chaleur moyenne de 35 degrés. Tous les éléments y étaient pour y passer du bon temps et des vraies vacances ! À peine à 3-4 heures de vol du Québec, avec une température agréable toute l’année et un coût de la vie abordable, Cuba, lorsque l’on sort des itinéraires plus touristiques, a définitivement beaucoup à offrir!

Cuba_2013-3

Publicités